Blogger templates

Monday, 27 August 2012

POURQUOI LA BITE A CETTE FORME ? (1)


Pourquoi le pénis de l'homme a-t-il cette forme?
21 août 2012 par Mylène Vandecasteele
« Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi » - sans avoir la prétention d’exhaustivité de la chanson de Pierre Perret, on peut toutefois relever l’explication que Jesse Bering donne à propos de la forme du pénis dans son ouvrage très justement nommé « Why Is the Penis Shaped Like That?: And Other Reflections on Being Human » (« pourquoi le pénis a-t-il cette forme ? Et autres réflexions sur la condition humaine »). On y apprend que le pénis humain a évolué pour permettre aux hommes de pouvoir à la fois déposer leur semence le plus profondément possible dans le vagin féminin tout en éliminant le sperme des autres hommes qui auraient pu imprégner leurs partenaires sexuelles. L’organe a adopté une forme qui déplace efficacement le sperme des concurrents de son porteur dans le vagin de ses partenaires, et son action est renforcée par les poussées lors des rapports sexuels. La forme du gland permet en particulier de disperser le sperme des
autres hommes, et l’action de va-et-vient permettrait de l’éloigner du col de l’utérus et de le ramener en arrière. Cette théorie explique également pourquoi les femmes peuvent avoir plusieurs orgasmes au cours d’une relation sexuelle, alors que les hommes ne sont limités qu’à un seul ; pour s’assurer que l’homme ne déplace pas sa propre semence, la nature l’a obligé à faire une pause entre deux rapports. Ainsi, au cours de la période réfractaire, qui fait immédiatement suite à l’éjaculation, le pénis perd presque instantanément la moitié de son érection (en une seule minute) et il devient hypersensible, au point que la poursuite des mouvements devient presque désagréable pour l’homme. Ensuite, pendant une durée qui varie entre 30 minutes et 24 heures, la plupart des hommes ne peuvent plus connaître d’érection. Selon les chercheurs, ces évènements, additionnés à l’effet « sédatif » de l’orgasme, seraient des adaptations au problème du déplacement par l’homme de son propre sperme. Il est en effet peu probable que l’homme élimine son propre sperme en engageant un nouveau rapport sexuel, si son sexe est flasque, comme irrité… ou s’il s’est endormi.
http://www.wikine.fr/pourquoi-le-sexe-masculin-a-t-il-cette-forme_6414.html
Les différentes formes du pénis. Qu'est-ce qui différencie un pénis d'un autre ?
Qui peut dire, objectivement, qu'une verge est plus jolie qu'une autre ? Que la largeur ou l'épaisseur est parfaite, que le gland est mieux caché que découvert, qu'on préfère avec veines ou sans veines apparentes. Le pénis est un monde énorme, où la moitié de l'humanité peut affirmer sans honte : oui, mon pénis est original. Aucun autre ne lui ressemble. Ça doit sans doute être vrai, je n'ai pas vu assez de pénis dans ma vie pour ainsi affirmer que chacune d'entre elle est particulière.
J'ai néanmoins trouvé sur un bon blog espagnol un catalogue de pénis, classés selon les tailles et les morphologies, et bien entendu, d'autres critères. Pour vous prouver que mon niveau d'espagnol s'est amélioré depuis que je me suis expatrié, voici donc une traduction en bonne et due forme.
- Pénis "standard" ou "droit" : c'est la plus commune de toutes, mais aussi la plus recherchée. Elle se caractérise par sa beauté esthétique, selon les canons de beauté actuels. Elles ne sont jamais passées de mode. Si vous en trouvez une, ne la lâchez pas.
- Pénis "le barillet" ou "le gond" : elle est grosse mais assez petite. Elle est même trop grosse par rapport à sa longueur. Son propriétaire, en en parlant, ne fera jamais référence à sa longueur, mais dira qu'elle est grande. - Pénis "la flûte" ou "le crayon" : On appelle ainsi les bites dont le gland se termine en pointe, au lieu de la forme arrondie habituelle. Elle a une forme triangulaire caractéristique. Son propriétaire affirmera également qu'il en a une grande, mais il a plus tendance à parler en centimètres.
- Pénis "incliné vers le haut" : C'est assez courant de rencontrer ce type de pénis. Son inclinaison peut la rendre plus ou moins agréable. Un conseil : pour une meilleure fellation, il faut diriger la bouche vers le bas, ça entrera mieux.
- Pénis "incliné vers le bas" ou "la griffe" : elle n'est peut-être pas la plus jolie, mais elle facilite pas mal la fellation. C'est la version exagérée du pénis courbé vers le bas. Un autre conseil : mieux vaut ne pas essayer de diriger la bouche vers le bas. Certains disent qu'elles sont plus commodes lorsqu'il s'agit de sodomie que les autres.
- Pénis "incliné vers un côté" ou "le boomerang" : presque tous les pénis connus se présentent ainsi. Ce sont les verges typiquement tordues vers un côté ou un autre. On dit que l'inclinaison dépend de la main avec laquelle son propriétaire se masturbe.
- Pénis "hélocoïdal" ou "la vis" : le véritable pénis hélocoïdal est celui où la fellation commence normalement et finit la bouche inclinée vers le bas. Ça paraît bizarre, mais elles existent.
- Pénis "le champignon", "l'allumette" ou "à grosse tête" : se caractérise par un gland disproportionné par rapport au reste du corps du pénis. Dans "l'allumette", le gland est gigantesque et le prépuce le serre, voire l'étrangle, au niveau de la couronne, provoquant l'effet beaucoup plus visible de "la grosse tête". Sur cela, nous dirons que, concernant la fellation, on a l'impression de sucer que le bout.
- Pénis "le cône" ou "la pyramide" : dans cette catégorie, les verges ont une base peu commune, mais en allant vers la pointe, la grosseur diminue dramatiquement. On trouve des glands qui ont la taille d'un ongle. Certains disent que ce sont celles qui entrent plus facilement (dans le cul, bien sûr).
- Pénis "le globe" ou "la quille" : Ca, c'est l'oiseau rare. Elles sont anormalement larges à mi-chemin du corps du pénis et diminuent en montant, la base et la gland sont normaux. On rencontre ce genre de spécimens assez souvent.
Il y en a beaucoup d'autres, comme le pénis "flèche", fin à la base avec un gland en forme d'harpon ; le pénis "cactus", avec des rugosités qui la trahissent. Le pénis "petit gâteau", qu'on appelle aussi "le salami" ou "le tronc", qui a la même taille à la base et au bout ;l e pénis "portemine", d'épaisseur très fine ; et bien entendu, il y a également des combinaisons : par exemple, on peut avoir une verge allumette-mine-crayon qui, en plus de faire peur, pourrait être rebaptisée "la lance"...

0 comments:

Post a Comment